Archives du C.I.C.B. / Evènements

 

 JOURNEE  MONDIAL DE LA LUTTE CONTRE L’EXCISION

Dans le monde la date du 6 février est célébrée journée Internationale  de la tolérance zéro à l’excision.
Au Mali  pour les raisons de calendrier, la fête s’est tenu le 10 février au Centre Internationale de Conférence (CICB) sous la présence de Mme la Ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant

I

et de la Famille Mme  Maiga Sina DAMBA, La Ministre de la communication et des nouvelles technologies Mme Diarra Mariam Flantié DIALLO , la Ministre de l’Urbanisme et des  affaires foncières  Mme Gakou Salimata FOFANA  , le professeur DOLO, les femmes des Ministres.
Le thème retenu par le  Mali est « les médias modernes et traditionnels se mobilisent pour l’abandon de la pratique de l’excision »
Selon les organisateurs ce thème est choisi en vue de contribuer à l’abandon de la pratique  de l’excision  sur l’ensemble du territoire national, informer les journalistes de l’existence  de politique nationale et du plan d’action 2010-2014.
La cérémonie débute par l’intervention  des griots incontournable au Mali dans la prise de décision  pour tout problème  ensuite a suivi celles des religieux qui ont dénoncé encore une fois de plus la pratique  de l’excision n’ayant aucun rapport avec l’islam.
La présidente de l’association  souligne  que c’est à la suite  de la rencontre  du comité International  de lutte contre les pratiques  néfastes à la santé  de la femme et de l’enfant en février 2003 en Ethiopie que la date du 6 février a été maintenue comme la journée Internationale  Tolérance zéro

I

aux mutilations génitales Féminine (MGF).Elle remercie  chaleureusement le gouvernement, les Ministres, de leur présence et supplie les femmes des Ministres de sensibiliser d’avantage les époux pour la pleine implication dans la recherche de solution aux problèmes.
 Suite  a une projection  sur l’excision dans la salle le professeur Dolo a fait un large commentaire sur les méfaits  de l’excision qui devient un problème majeur de santé publique.  
Dans le même ordre d’idée il relate  que d’après les   statistiques  officiels  sur 132 millions d’excision  dans le monde, résident 120 millions cas en Afrique, au Mali 85%  des femmes de 15 à 49ans sont  frappés par le phénomène.
Le mali depuis son accession à la souveraineté national et internationale d’organisation et de personnes ressources se mobilisent contre cette pratique néfaste. C’est ainsi  que les autorités ont  projeté de créer   une structure dénommée programme Nationale de lutte contre l’excision (PNLE).
 Le PNLE a pour but principal de coordonner, de suivre et d’évaluer la politique et les stratégies de lutte contre la pratique traditionnelle néfaste, qu’aucune religion ne justifie.
Pour conclure les initiateurs de la rencontre veulent que les hommes de médias s’approprient au mieux la politique nationale pour se lancer dans la sensibilisation et l’éducation des populations.
      

 

ALBUM EXCISION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Réa. Net-Génération-Mali / CAKS CONSULTING