Archives du C.I.C.B.

ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE

DECLARATION DE BAMAKO


Suite en images

 

La 9e session de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE s'est achevée le jeudi 21 avril 2005 au Palais des congrès par déclaration dite "Déclaration de Bamako sur les Objectifs du Millénaire pour le développement" (OMD). Ce document, approuvé à l'unanimité par les parlementaires ACP-UE, se veut un catalyseur dans la réalisation des OMD en général et le renforcement de la coopération entre les ACP et l'UE en particulier .

Les travaux de la 9e session de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE tenus à Bamako du 18 au 21 avril au Palais des congrès ont été l'occasion pour les parlementaires des Etats ACP et de l'UE de faire un examen critique des progrès réalisés en matière d'éducation primaire pour tous et d'égalité entre les femmes dans les pays ACP.

La session a été aussi mise à profit pour débattre des conflits qui ravagent les pays ACP (Soudan, la région des Grands Lacs et le Togo) et des catastrophes naturelles (tsunami). Les sujets de coopération, à   savoir : l'accord de Cotonou, les accords de partenariat économique (APE), la budgétisation du Fonds européen de développement (Fed), le coton, ne sont pas demeurés en reste.

Aux termes de la session, les   parlementaire    ACP-UE, ont adoptés à l'unanimité une déclaration dite "Déclaration de Bamako sur les OMD". Dans ce document, ils s'inquiètent de l'aggravation de la pauvreté et estiment que la communauté mondiale n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les OMD. Aussi ont-ils lancé un appel aux dirigeants du monde entier afin qu'ils s'engagent à redoubler d'efforts pour obtenir les réalisations des OMD d'ici l'an 2015.

Des mesures

Les parlementaires ont exigé de nouvelles mesures pour accélérer ce processus. Il s'agit, dans le domaine commercial, de garantir des règles commerciales équitables pour les pays en développement pour qu'ils puissent accroître le volume de leurs exportations ; l'établissement d'une échéance pour un accès illimité au marché des biens et services fournis par les pays à faible revenu d'ici 2010 et l'élimination pure et simple des aides à l'exportation de produits agricoles...

Dans le domaine de l'éducation, les participants à la session ont demandé le renforcement des efforts pour réaliser l'objectif de l'enseignement primaire, surtout des filles et l'égalité entre genres de même que l'accroissement des niveaux de financement de services de soins de santé sexuelle et génésique.

Dans le domaine de l'aide au développement, les parlementaires ont souscrit à l'accroissement des flux financiers à destination des pays en voie de développement d'au moins 50 à 70 milliards de dollards. Ils ont réclamé l'établissement et le respect d'un échéancier pour chacun des 15 Etats membres de l'UE qui avaient souscrit à l'engagement pris à Barcelone en 2002 d'atteindre les objectifs des Nations unies de 0,7 % du PNB avant 2015. Cet engagement de Barcelone incitait les 15 Etats de l' UE à rechercher des solutions novatrices pour les financements additionnels, la poursuite des efforts en vue d'éliminer le surendettement des pays pauvres et l'accroissement de l'aide lié aux échanges.

Pour les deux coprésidentes de la session Mme Kinnock (UE), et Hay Webster (ACP) ainsi que le président de l'Assemblée nationale du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, la session a été un plein succès au regard des résultats.

SOMMET AFRIQUE-FRANCE :

LE PALAIS DES CONGRES FERMERA SES PORTES DEBUT OCTOBRE POUR DE GROS TRAVAUX

Le palais des congrès abrite la   quasi - totalité des rencontres internationales que le Mali accueille. Naturellement, le choix ne pouvait que tomber sur ce lieu pour abriter les travaux du sommet Afrique - France, prévu courant 2005. Mais l'un des handicaps majeur demeure l'exiguïté des locaux : la salle des congrès ne pouvant contenir plus de 1000 personnes et les salles annexe 100 à 200 individus.

Or, les délégations qui feront le déplacement de Bamako seront   imposante. Pour les chefs d'Etat et de gouvernement, une soixantaine de personnes sont déjà invitées. C'est dire qu'une seule délégation pourrait atteindre 50 à 60 personnes avec plus de 50 Etats invités. C'est ainsi que l'idée de construire de nouveaux locaux dans l'enceinte du palais des congrès a germé au niveau de la commission d'organisation.

La commission d'organisation qui est à pied d'oeuvre est cependant confrontée à un dilemme alors que moins de 12 mois seulement nous sépare de l'évènement. La commission hésite entre la rénovation et l' extension des anciens locaux et la construction de salles plus adaptée comme les salles de presse, restaurants, salle de plénière et de conférence.

L'objectif de la commission d'organisation est la construction d'une salle de conférence capable de loger au moins 2000 invités. Deux missions exploratoires, dépêchées par le quai d'orsay, s'étaient rendues récemment sur place au palais des congrès.

  A la commission d'organisation, on hésite à dire mot sur les travaux qui sont attendus incessamment aux palais des congrès. L'information est gardée secrète. Un membre que nous avons rencontré a indiqué qu'il ne peut rien dire avant que la direction générale des marchés publics (DGMP) ne délibère sur les résultats de l'appel d'offre portant sur les travaux d'extension du palais des congrès. Mais il a assuré que cela ne saurait plus tarder et que tout sera dévoilé au cours d'un point de presse.

 

Retour au CICB en images
 
Réa. Net-Génération-Mali / CAKS CONSULTING